❯   Renforcer les capacités de gouvernance et de résilience au changement climatique des communautés côtières et riveraines de l’estuaire et du Golfe du St-Laurent   ❮

Accueil | Nouvelles | Plan du site |Contact

Qu'est-ce qu'une ARUC ?

Le programme des Alliances de Recherche Universités-Communautés (ARUC) est financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) et vise à appuyer la création d'alliances entre des organismes communautaires et des établissements postsecondaires. Ces alliances, grâce à un processus axé sur la collaboration continue et l'apprentissage mutuel, favorisert le développement de recherche novatrice, la formation de professionnels compétents et la production de nouvelles connaissances dans des domaines d'importance pour le développement social, culturel ou économique des communautés canadiennes.

Les ARUC reposent sur un partenariat entre des organismes du milieu (organismes communautaires, organismes non gouvernementales (ONG), municipalités, etc.) et des établissements postsecondaires. Ce type de financement permet de coordonner et de soutenir la planification et la réalisation d'activités de recherche qui répondent aux besoins des partenaires. Ces activités sont négociées et sont axées sur des thèmes d'importance mutuelle.

L'ARUC-DCC : Défis des Communautés Côtières de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent à l'heure des changements climatiques

L'Alliance de Recherche Universités-Communautés (ARUC) sur les défis des communautés côtières de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent est un regroupement de partenaires et de chercheurs préoccupés par les enjeux environnementaux canadiens. Ce projet d'alliance reçoit un appui financier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) et il s'échelonnera sur une période de cinq ans.

La direction est assumée par le professeur Steve Plante de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) et par Antoine Verville, Directeur Général Adjoint du ROBVQ (Regroupement des organismes de bassins versants du Québec). Cette double direction assumée par un membre universitaire et un membre du milieu communautaire permet d'assurer un ancrage territorial plus grand des travaux qui seront entrepris.

Cette ARUC est constituée de neuf partenaires provenant d'organisations sans but lucratif, de neuf universités et de deux centres d'études représentant plus de 22 co-chercheurs et collaborateurs. Les participants de cette ARUC proviennent de l'Île-du-Prince-Édouard, du Nouveau-Brunswick, du Québec et de l'Ontario. Un Comité directeur a été formé afin de coordonner les activités scientifiques et de transferts vers les communautés.

Notre projet permet de créer, de consolider et d'élargir les alliances entre nos partenaires et les universitaires par un processus axé sur la recherche action participative qui favorise entre tous les acteurs la collaboration et l'apprentissage mutuel de connaissances, scientifiques et locales.

La formule de notre projet, qui consiste à co-construire et à co-produire des connaissances, des compétences et des méthodes de transfert, stimule l'émergence de démarches novatrices favorisant le renforcement des capacités de négociation des communautés dans la prise de décisions et dans l'élaboration de stratégies d'adaptation. Le va et vient entre la pratique et la théorie incite le développement d'approches originales d'enseignement et de transfert, encourageant autant les étudiants que les partenaires à s'y investir. Les étudiants et les professionnels formés dans notre ARUC auront développé des habiletés nécessaires pour aborder les enjeux environnementaux avec les communautés côtières à l'heure des changements climatiques et ainsi, jouer un rôle déterminant dans le renforcement de la résilience de celles-ci.

Ce site sera amené à évoluer dans le temps. Un glossaire a été élaboré afin de rendre accessible son contenu et ainsi nous assurer que tous pourront l'utiliser.

Si vous avez des questions concernant ce projet, ou si vous aimeriez recevoir davantage d'information sur le sujet, n'hésitez pas à communiquer avec nous.